Mode et maroquinerie : changeons de paradigme pour lutter contre le réchauffement climatique

Share

Toujours plus de vêtements et d’accessoires : la mode est une des industries les plus polluantes au monde. Citoyens comme entreprises, nous devons faire évoluer nos modes de consommation et repenser nos cycles de fabrication pour éviter les sombres perspectives de 2050.

Selon l’organisation environnementale l’Union internationale pour la conservation de la nature (IUCN) plus du tiers (35 %) des microplastiques rejetés dans les océans viendrait du lavage de textiles. Et d’ici 2050 il y aura davantage de plastiques que de poissons dans l’océan selon la fondation pour l’environnement d’Ellen MacArthur.
Face au réchauffement climatique et à la dérive de la « fast fashion », nous pouvons agir ! Commençons par diminuer notre frénésie de consommation de vêtements (12 kilos par an achetés en moyenne par Européen !). Côté entreprise de mode, pourquoi ne pas miser sur une seule collection par an. En 2050, si les tendances actuelles de consommation se poursuivent, le secteur mode et textile pourrait représenter 26 % des émissions globales de gaz à effet de serre. Aujourd’hui nous sommes à 2% et c’est déjà plus que les vols internationaux et le trafic maritime réunis. Renversant 
Autre solution simple comme bonjour : revendre ses vêtements (avec des applications de type Vinted) ou ses objets via Leboncoin, pour allonger leur cycle de vie, dans une logique d’économie circulaire.
En créant une liseuse, Surprizz a pour ambition de rendre vos livres éternels. Vous pouvez les prêter ou les revendre intacts en seconde main. A son échelle, Surprizz s’engage pour un avenir plus responsable.
 

Chez Surprizz, voici nos 10 engagements éthiques et écoresponsables

1/ Produire en France, juste une évidence !

On ne va pas se mentir : c’est plus compliqué de créer et faire fabriquer en France plutôt que dans des pays en développement, surtout lorsqu’on veut produire de toutes petites séries car votre entreprise démarre.
C’est aussi une prise de risque commerciale non négligeable car le coût de fabrication en France renchérit le prix de revient et donc de vente au consommateur qui n’est pas encore prêt à payer davantage, même si son achat est durable. Il faut du temps pour changer un référentiel !
Pourquoi fabriquer en France est une évidence pour Surprizz
·         pour des raisons sociales : pourquoi faire travailler dans des conditions trop souvent déplorables des salariés bien souvent sous-payés à des milliers de kilomètres de la France, alors que notre pays possède un savoir-faire envié et reconnu en maroquinerie. Certes, le prix de la main d’œuvre en France n’est pas le même. Mais nous assumons ce choix.
·         pour des raisons écologiques : transporter jusqu’en France ses accessoires produits sur un autre continent vaut son pesant de CO2.
·         Nous demanderons le label Origine France Garantie dès que notre marque sera davantage connue. Ce label prouve effectivement que le lieu où le produit prend ses caractéristiques essentielles est situé en France et que 50% du prix de revient unitaire est acquis en France. Ceci est évidemment le cas pour tous les accessoires Surprizz aujourd’hui.


2/ Eco-conception : viser la neutralité carbone

Notre processus créatif intègre le respect de l’environnement, des hommes et des animaux dès la conception du produit, mais aussi au cours des différentes étapes de sa fabrication.
Nous visons effectivement l’empreinte carbone la plus neutre possible (transport des matériaux Europe-Paris, conception, fabrication et stock uniquement en région parisienne)
·         Design : à Montrouge (92)
·         Fabrication : exclusivement en région parisienne (94).
Matériaux écologiques en provenance de pays limitrophes pour des accessoires solides et durables :
·         Velours, label Oeko-Tex niveau 1 (non nocivité pour la santé des matériaux et colorants éventuels), qui vient d’Espagne
·         Appleskin, : matériau vegan alternatif au cuir. Il est fabriqué en Italie à partir de pelures de pommes alimentaires non comestibles et recyclées.
Certes ce produit n’est pas parfait car il est constitué d’environ 30% de polyuréthane. Mais il lui confère une solidité et une imperméabilité hors norme : il durera toute votre vie.
C’est pour cela que Surprizz garantit à vie tous ses accessoires car nous maîtrisons toute la chaîne de valeur et nous sommes ainsi sûrs de leur qualité.

3/ De nouveaux matériaux innovants pour le bien-être des animaux

Se passer du cuir, c’est aujourd’hui possible. Surprizz utilise de nouveaux matériaux végétaux, plus légers et aussi solides que le cuir, voire davantage.
Par conséquent la maroquinerie de luxe n’est plus nécessairement synonyme de cuir animal, elle peut être végétale. La styliste Stella McCartney est la pionnière d’un luxe écoresponsable et engagé qui promet le « noleather ». Notre marque s’engage résolument dans cette voie, aux côtés de la génération « Z » pionnière dans le réveil des consciences face à l’enjeu mondial du réchauffement climatique. C’est d’ailleurs pour cela que Surprizz s’écrit avec deux « Z » et que le « z » est notre signature.

4/ Travailler localement avec des personnes expertes en maroquinerie, en situation de handicap

Surprizz est une marque inclusive et sociale qui considère que la mode doit avoir du sens. Les maroquiniers qui travaillent pour nous ne sont pas Monsieur et Madame Toutlemonde pour la bonne raison qu’ils maîtrisent un savoir-faire rare. Ils sont capables de créer des accessoires d’excellence qui nécessitent une habileté et une minutie exceptionnelles. L’ESAT (Etablissement et Service d’Aide par le Travail) que nous avons choisi est pour Surprizz le partenaire rêvé car il correspond à nos valeurs et il se trouve à environ 30 minutes de voiture de Paris seulement.

5/ Créer des accessoires originaux, unisexes

Surprizz s’engage pour l’égalité Hommes-Femmes. C’est pour cela que nous avons créé une première collection bimatière et bicolore et à 100% unisexe. Pour nous, il n’y a pas d’accessoire ou de couleur spécifiquement féminine ou masculine. A chaque personne de choisir sa couleur préférée.

6/ Des accessoires pour privilégier la seconde main

La tendance du marché de seconde main est une bonne nouvelle pour la mode. Car elle permet d’utiliser davantage les vêtements avant de les jeter.
L’économie circulaire est aussi une tendance montante initiée par la génération Z à travers des applications de type Vinted et cela touche tous les secteurs. Selon une étude du Centre national du livre 2019, la part d’achats de livres d’occasion s’accentue et touche notamment les grands lecteurs. C’est pour cette raison que notre premier accessoire est une liseuse pour roman de littérature

7/ Une collection par an, c’est suffisant !

Produire moins mais mieux et rester au plus près de votre demande : tel est notre crédo.

Nous préférons créer de nouveaux accessoires qui s’adaptent à l’évolution de vos usages.

8/ Un circuit court, sans intermédiaire pour vous proposer un prix juste

Notre mode de production est un choix : travailler en circuit court et choisir des matériaux aussi proches que possible de la région parisienne. Nous n’avons que très peu de stock

9/ Un packaging zéro plastique

Tous vos accessoires sont enveloppés dans un pochon en coton bio recyclable ou une boite en carton recyclable.

10/ Se positionner pour accélérer la mutation écologique du secteur du luxe

Nous sommes au début d’une révolution des codes du luxe. Et nous sommes heureux d’y participer en bousculant une certaine mythologie du cuir animal. En tant que marque sans « héritage » patrimonial, nous nous positionnons en « entrée de luxe ». Cela nous permet de rendre accessible au plus grand nombre des accessoires d’exception, intégralement faits à la main en France.

Comments

There are no comments yet.

Leave a comment